Réhabilitation Passivhaus – EnerPHit PLUS
Première construction en France à recevoir ce label :

Aller sur la base de données Passive House

Production photovoltaïque intégrée en façade
Poutres froides sur géothermie profonde
Maître d'ouvrage :
Syndicat Départemental d'Energie et Déchets de la Haute-Marne
Localisation :
Chaumont (52)
Catégories :
Tertiaire
Programme :
Bureaux
Surface :
1120m2

Coût :
1 925 000 €
Réalisation :
2017
Mission :
DE BASE + EXE + OPC
Maîtrise d'œuvre :
- PLAN LIBRE : architecte mandataire
- PERRIN : bet structures bois
- BETC : bet structures béton
- PLAN 9 : bet fluides + PHPP

Cette réhabilitation relève plusieurs défis :
- réussir une rénovation thermique d’envergure dont la performance soit suffisamment élevée pour qu’elle atteigne le niveau passif
- répondre à la question spécifique des consommations d’énergie d’un bâtiment tertiaire, au regard du comportement des usagers sur leur lieu de travail.
- offrir une image à la fois intemporelle (le projet est soumis à l’avis de l’ABF) et remarquable (la construction est positionnée en entrée de ville), pour un maître d’ouvrage qui souhaite valoriser un usage maîtrisé et exemplaire de l’énergie.

FACADES :
La structure existante en béton armé et redoublée sur l’extérieur de murs en ossature bois formant des caissons remplis de 30cm de ouate de cellulose, fermés par un pare-pluie en laine de bois, avec finition en bardage fibrociment monochrome sur double lambourdage. L’ensemble dispose ainsi d’une très forte isolation extérieure et d’une bonne inertie intérieure.
Les soubassements ont été creusés jusqu’aux fondations et redoublés par un polystyrène enterré pour supprimer tout pont thermique et compenser l’impossibilité de renforcer l’isolation sous le dallage existant.

Au Sud, des panneaux solaires photovoltaïques sont disposés en impostes et allèges, selon une inclinaison optimale de 30°. L’espacement entre panneaux est revêtu d’un bardage sinusoïdal perforé en zinc qui masque les sous-faces des panneaux tout en assurant leur ventilation. Il en résulte un effet de plissé général de la façade Sud, comme une grande voile, démontrant la capacité d’intégration esthétique du photovoltaïque en façade. L’ensemble présente un signal fort, mais sans ostentation, et intégré au quartier, participant de l’image du maître d’ouvrage.

COUVERTURE :
L’isolation du toit est assurée par des panneaux en polystyrène expansé de 30cm, avec membrane d’étanchéité sans chlore, ni pvc, ni halogènes. Il n’a pas été envisagé de végétaliser le toit, la surcharge ne pouvant être supportée par les dalles et poutres existantes.
Une rehausse a été créée, qui intègre le passage vertical de l’ensemble des réseaux du bâtiment ainsi qu’un ascenseur. Cette rehausse est également traitée en ossature bois avec isolation en ouate de cellulose. Une couverture en bac acier sinusoïdaux protège l’ensemble et reçoit un complément de panneaux photovoltaïques sur son versant Sud.

MENUISERIES EXTERIEURES :
Les châssis sont certifiés passivhaus, Ils sont en bois-aluminium pour concilier absence d’entretien avec performance thermique maximale et aspect intérieur chaleureux.
Les triples vitrages des châssis sont à vide d’argon et à faible émissivité, avec espaceurs chauds, de facteur solaire > 0.5 pour conserver le maximum de lumière naturelle.
Sauf au Nord, les châssis, sont protégés par des BSO ou des volets pantographes motorisés et raccordés à un module de commande centralisée qui pilote l’ouverture et l’orientation des lames de façon à optimiser les apports solaires.

VENTILATION :
Pour écrêter apports internes et solaires, la ventilation double flux du bâtiment dispose d’un appoint, assuré par une pompe à chaleur sur sondes géothermiques placées dans le parking.
La centrale de traitement d’air est équipée d’un récupérateur de chaleur à roue permettant un rendement jusqu’à 85%. L’ensemble est piloté par la GTC qui commande aussi les BSO.
Les terminaux de ventilation sont constitués par des poutres froides réversibles qui constituent une solution bien adaptée au fonctionnement tertiaire.
L’air est soufflé dans chaque bureau via les poutres froides et repris en vrac dans les circulations par l’intermédiaire de bouches de transfert acoustiques et coupe-feu.

USAGES :
L’enjeu principal est que les utilisateurs conservent un comportement responsable, c’est-à-dire qu’ils règlent plus leur confort en hiver comme en été, en jouant sur l’ombrage des BSO, ou les châssis ouvrants, plutôt qu’en faisant des appels de chaud ou de froid sur leur thermostat individuel. L’instrumentation complète du bâtiment permet d’en optimiser les réglages en fonction des usages, et de suivre la totalité des consommations et de la production photovoltaïque.

RETOUR D’EXPERIENCE
Depuis la mise en service entre l’automne 2017 et le printemps 2018, la consommation de chauffage a été inférieure à 15 kWh/m², et les consommations globales projetées du bâtiment sont inférieures à 110 kWhEP/m² ce qui confirme les critères d’un bâtiment passif. Le bilan de la production solaire devra être actualisé mais on peut dores et déjà remarquer un bilan positif entre production et consommation même lorsque les bureaux sont occupés.

Retour aux projets